17 mars 2017

Eve's pudding - Angleterre


En attendant l'arrivée des fruits d'été, voilà une jolie manière, bien gourmande, de cuisiner les pommes! Egalement appelé Mother Eve's pudding, il s'agit d'un gâteau traditionnel anglais, apparu au début du 19ième siècle. Une couche de pommes dans le fond du plat, une couche d'appareil à la poudre d'amande par dessus, et il n'y a plus qu'à laisser caraméliser le tout. Simplissime et délicieux!


Eve's pudding - Gâteau aux pommes caramélisées et aux amandes

230g de beurre
230g de sucre blanc
4 oeufs
180g de farine avec levure incorporée
80g d'amandes en poudre
115g de sucre muscovado (ou tout autre sucre brun)
4 grosses pommes
zeste et jus d'1 citron
25g d'amandes effilées

Préchauffer le four à 180°C.
Dans un saladier, battre ensemble le beurre et le sucre à l'aide d'un fouet. Ajouter ensuite, un par un les oeufs, en mélangeant bien la préparation après chaque oeuf à l'aide du fouet. Incorporer la farine, les amandes en poudre et le zeste.
Peler les pommes, les évider et les couper en fines lamelles. Les placer dans un plat creux allant au four. Verser le jus de citron, ajouter le sucre brun et mélanger.
Recouvrir les pommes avec la pâte et parsemer l'ensemble d'amandes effilées avant d'enfourner pour 45 à 50 minutes.
Déguster nature ou accompagné de crème anglaise.

7 mars 2017

Carbonnades de porc bruxelloises - Belgique


Parmi les grands classiques de la gastronomie belge, les carbonnades flamandes arrivent facilement dans le top 3. Et on comprend pourquoi! Des morceaux de bœuf longuement mijotés dans de la bière, du pain d'épices et de la cassonade... le genre de plat en sauce qui met tout le monde d'accord, surtout si c'est servi avec des frites!

Ici, il est aussi question de carbonnades, mais une recette plus méconnue de carbonnades bruxelloises. On garde l'idée de morceaux de viande longuement mijotés dans de la bière et un peu de sucre (et à accompagner de frites!), mais la ressemblance s'arrête là. La viande utilisée est du porc, et l'ajout de vinaigre, tomates et cornichons apportent une saveur acidulée que la version flamande n'a pas.


Il faudrait que je teste aussi la version liégeoise des carbonnades de bœuf, avec plein de sirop de pommes et de poires dedans, à la place de la cassonade brune. Un peu comme dans la sauce lapin des boulets à la liégeoise en somme! La recette est ici (clic).


Carbonnade de porc à la bruxelloise

1 kg de spiering (échine de porc)
50g de saindoux
3 oignons
1 gousse d'ail
50g de purée de tomates
1 càs de farine
1 càs de vinaigre
3 gros cornichons
2 morceaux de sucre
1 verre de bière blonde
sel, poivre


Faire fondre le saindoux dans une cocotte. Y faire revenir les trois oignons épluchés et grossièrement hachés. Quand ils sont colorés, les retirer de la cocotte et les réserver dans un bol.
Couper le porc en gros dés et les mettre dans la cocotte. Ajouter la gousse d'ail et bien remuer pour que les morceaux de porc se colorent sur tous les côtés. 
Remettre alors les oignons, saupoudrer de farine et mélanger. Ajouter le verre de bière, 2 verres d'eau chaude, la purée de tomates, le vinaigre, le sucre et les cornichons coupés en rondelle. Saler, poivrer, puis couvrir et faire cuire à feu doux pendant 1 heure.
Si nécessaire, rectifier l'assaisonnement avant de servir, accompagné de riz, de pommes de terre vapeur... ou de frites!

Source: J. Andrieu Delille - La cuisine belge - Marabout

28 févr. 2017

Oreillettes


Oreillettes, merveilles, bunyetes... Derrière tous ces jolis noms se cachent des beignets à l'eau de fleur d'oranger, fins et croustillants, que l'on retrouve dans tout le sud de la France, de la Provence jusqu'aux Pyrénées.

En Ariège, se sont des oreillettes! Pas une fête d'école sans sa pile d'oreillettes. Et moi, je suis bien incapable de résister à ces petites douceurs dorées et sucrées juste comme il faut!
Cette recette m'a été donnée par une mamie du village de Montségur, il y a des années. Je ne sais plus très bien comment ni pourquoi mes parents s'étaient retrouvés là, mais je me souviens bien de ces oreillettes et de cette petite mamie à qui j'avais demandé la recette, griffonnée sur un bout de nappe en papier, déchiré d'un coin de table.
Je l'ai toujours précieusement gardée dans mon classeur de recettes, mais n'avait encore jamais passé le pas de réaliser cette fameuse recette. Et cette année... une envie de fêter mardi-gras, de retrouver ces saveurs... et me voilà partie à la recherche de ce petit bout de nappe en papier déchiré!

La pâte est très simple à réaliser. Tout l'enjeu ensuite est de l'étaler très très finement. Traditionnellement, la pâte était étalée à l'aide de la main sur le genou de la cuisinière (enfin, un torchon fariné posé sur le genou!). N'ayant pas le coup de main pour tenter le façonnage sur genou, j'ai opté pour la méthode plus classique au rouleau à pâtisserie.
J'ai fait l'erreur de ne pas laisser ma pâte se réchauffer suffisamment après son séjour au frigo, j'ai donc eu un peu de mal, au début, à l'étaler finement: la pâte se déchirait et se rétractait (les beignets étaient quand même bien bon!). Essayez donc de résister encore un peu à l'appel des oreillettes et laissez bien la pâte se réchauffer!
La troisième option, pour le façonnage des oreillettes, est de sortir... votre laminoir! Un bon moyen de rentabiliser la machine à pâtes, trop souvent oubliée au fond de l'armoire.


Et si vous n'aimez pas les beignets, vous pouvez aussi réaliser un king cake, cette brioche de carnaval typique de la Louisiane! La recette est ici (clic)!

Très bon mardi-gras!


Oreillettes

Pour 10 à 12 personnes
500g de farine
3 oeufs
70g de sucre
90g de beurre ramolli
3 à 4 càs d'eau de fleur d'oranger
1/2 paquet de levure chimique (facultatif)
1 pincée de sel

1l d'huile d'arachide
sucre cristallisé ou sucre glace (impalpable)




Battre les oeufs dans un saladier. Ajouter le sucre, le beurre, l'eau de fleur d'oranger et le sel. Bien mélanger au fouet. Ajouter ensuite, en plusieurs fois, la farine et la levure. Mélanger la pâte jusqu'à ce que la farine soit incorporée. Former alors une boulet avec la pâte, l'envelopper de film alimentaire et la laisser reposer au frais pendant au moins une heure.


Sortir la pâte du réfrigérateur et la laisser revenir à température ambiante pendant une vingtaine de minutes. Prélever une portion de pâte, l'étaler finement sur un plan de travail fariné à l'aide d'un rouleau. Si votre plan de travail comporte des motifs, ont doit voir ces motifs au travers de la pâte. Couper la pâte selon les motifs que vous voulez.

Faire chauffer l'huile d'arachide dans une poêle profonde. L'huile est à bonne température quand il croûton de pain jeté dedans commence à dorer et frire instantanément. Plonger alors les oreillettes dans l'huile. La pâte va gonfler et former des petites bulles. Retourner les oreillettes pour les faire frire des deux côtés, puis, quand elles sont bien dorées, les égoutter et les placer sur un papier absorbant. Quand elles sont encore chaudes, poser les oreillettes dans un plat et les saupoudrer de sucre (sucre normal ou sucre glace , selon vos préférences - ici, on préfère le sucre cristallisé).

Ces beignets sont délicieux juste après leur confection, mais seront encore tout autant délicieux pendant 2-3 jours s'ils sont conservés dans une boîte hermétique.

27 févr. 2017

Purée de boulgour, potimarron, lieu noir et coriandre - Petits plats pour bébé (dès 7 mois)


Voici la recette que j'ai proposée à petit crumble pour introduire le poisson dans son alimentation.
J'indique ici la recette à réaliser si vous la préparez uniquement pour votre bébé, mais dans les faits, j'ai tout cuit séparément, en plus grandes quantités, et j'ai uniquement prélevé ensuite ce qu'il fallait pour préparer le repas de petit crumble. Et avec le reste des ingrédients, en ajoutant un peu de sauce de soja pour saler les préparations, et un peu de poivre pour relever le tout, cela a fait notre repas! Les mêmes préparations et le même repas pour toute la famille, c'est bien plus pratique! 


Purée de boulgour, potimarron, poisson et coriandre

Pour une portion
125g de potimarron
125g de boulgour cuit (je n'ai aucune idée de la quantité crue: j'en ai fait un grand volume, qui a servi à la réalisation de cette purée et à notre repas)
15g de lieu noir (ou autre poisson à chair blanche de votre choix)
4 brins de coriandre
1 pointe de curcuma en poudre
3 càc de beurre


Mettre le boulgour cru dans une casserole. Ajouter deux fois le volume de boulgour en eau. Couvrir et faire chauffer doucement en remuant de temps en temps, une dizaine de minutes, jusqu'à ce que le boulgour ait absorbé toute l'eau. Attendre encore 5 minutes que le boulgour finisse de bien gonfler.
Eplucher le potimarron et le couper en petits dés. Placer les dés dans un panier vapeur
Prélever 15g sur un filet de poisson et le placer dans le panier vapeur avec le potimarron (supprimer cette étape si l'on prélève la chair sur un filet de poisson déjà cuit à la vapeur).
Faire cuire une dizaine de minutes, jusqu'à ce que le potimarron soit fondant et le poisson bien cuit.
Laver les brins de coriandre et prélever les feuilles.
Quand tout est cuit, placer le poisson, le potimarron et 125g de boulgour cuit dans un bol hachoir. Ajouter le curcuma et la coriandre. Mixer plus on moins longuement en fonction de la texture désirée (plus ou moins de morceaux selon l'âge du bébé).
Ajouter le beurre dans la purée chaude, juste avant de servir.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...