7 mai 2022

Jingalov Hats - Arménie


Aujourd'hui, je vous amène en voyage en Arménie, pour goûter des pains plats garnis d'herbes fraîches et de légumes verts. Cette recette est en réalité originaire de la région du Haut-Karabagh (Artsakh), mais l'on peut trouver ces jingalov hats dans toute l'Arménie.

On parle de pains (hats signifiant pain en arménien), mais je trouve que cela ressemble plutôt à des chaussons aux herbes. Plus d'une vingtaine d'herbes sont traditionnellement mélangées pour les confectionner, avec un subtil équilibre d'herbes aux goûts terreux, herbacés, amers et plus neutres. Epinards, fanes de betteraves, de radis, bettes, pissenlits, aneth, estragon... Ne lésinez pas sur la variété et la quantité! C'est donc la recette parfaite à réaliser au printemps pour utiliser toutes les herbes, toutes les jeunes pousses et toutes les fanes que l'on trouve en ce moment!

Pour ma part, j'ai réalisé ces pains avec bien moins d'herbes que la recette traditionnelle (seulement 5 différentes) et je ne suis pas sûre que l'équilibre soit parfait... j'ai utilisé les bottes d'herbes de mon panier bio et l'ail des ours de mon jardin. Mais c'était déjà bien bon!!

Cette recette est issue du très beau livre Lavash de John Lee, Ara Zada, and Kate Leahy, mais vous pourrez la retrouver également sur leur site (clic ici), avec le détails des herbes à utiliser pour bien équilibrer les goûts, et en bonus, une vidéo qui vous montre comment sont traditionnellement façonnés ces pains.


Jingalov Hats, ou chaussons arméniens aux herbes

Préparer la pâte
160 ml d'eau tiède
1 càc  de sel
210 g de farine
Farine pour le plan de travail

Dans un saladier, mélanger l'eau et le sel, puis ajouter la farine progressivement en mélangeant avec la main. La pâte sera un peu collante.
Fariner le plan de travail. Verser la pâte dessus et la pétrir jusqu'à ce qu'elle devienne lisse (4 minutes environ). Rouler la pâte en boule, la placer dans un saladier légèrement huilé, couvrir d'un torchon et la laisser reposer au moins 20 minutes, le temps de préparer les herbes.

Préparer la garniture aux herbes
440 g d'un mélange d'herbes fraîches, de fanes et de légumes feuille
    ici, j'ai utilisé les feuilles d'1 botte de bettes colorées
    1 grosse poignée d'ail des ours
    1 petite botte d'aillet
    1 botte de persil plat
    1 botte de coriandre
3 jeunes oignons
2 càc de paprika
1 petit càc de sel
1/2 càc de flocons de piment
1,5 càs d'huile de tournesol
1 càs de jus de citron

Laver et émincer très finement les herbes, les fanes, les feuilles et les oignons jeunes.
Les placer dans un saladier et ajouter le paprika, le sel, le piment, l'huile et le jus de citron.
Bien mélanger avec les mains afin de bien répartir les épices.

Façonner les jingalov hats
Fariner le plan de travail. Diviser la pâte en 4 parts égales. Façonner chaque part en boule. A l'aide d'un rouleau à pâtisserie, étaler chaque boule de pâte en un disque d'environ 20 cm de diamètre.

Placer environ 110g de garniture aux herbes au centre de chaque disque. Replier les côtés de chaque disque vers le centre et pincer la pâte pour la souder. Continuer de souder les bords vers le haut et le bas, de façon à former une sorte de ballon de rugby aplati (voir la vidéo dont je parle ci-dessus pour plus de précisions). Vérifier que le chausson est bien soudé et que la farce est bien répartie. 
Le chausson doit avoir une épaisseur d'environ 1 cm. Si nécessaire, passer le rouleau à pâtisserie pour l'affiner.

Faire chauffer une poêle en fer ou en fonte (ou à défaut, une poêle anti-adhésive). Lorsqu'elle est chaude, placer un chausson dans la poêle et faire cuire 3 minutes. Quand la pâte commence à brunir, retourner le pain et continuer à cuire de l'autre côté pendant 2 minutes. Prolonger un peu la cuisson si nécessaire, jusqu'à ce que la pâte soit cuite.
Répéter l'opération avec les autres jingalov hats.
Servir chaud ou tiède. 

6 mai 2022

Steak tartare à l'ail des ours


En Belgique, l'américain préparé, ou filet américain, est une institution. Il s'agit tout simplement d'une variante du steak tartare. La plupart des brasseries et restaurant en proposent à la carte. Les supermarchés et les supérettes en proposent différentes variantes dans des barquettes: nature, aux fines herbes, martino - la version piquante de l'américain, des préparations ne contenant que du bœuf ou un mélange de porc et de bœuf. Et toutes les sandwicheries proposent de l'américain comme garniture.
Et oui, l'américain peut se manger en plat, avec des frites (ou autre garniture, mais rien ne remplace des frites!), mais aussi en version sur le pouce, avec du pain, dans des sandwichs ou sur des tartines.

J'ai découvert cette spécialité en arrivant en Belgique, et c'est devenu un plat que je mange régulièrement en ajoutant plein de câpres et de sauce Worcester pour la version classique. J'aime aussi beaucoup les versions d'inspiration italiennes, avec du parmesan et des tomates séchées. 
Et pour cette recette, c'est mon jardin qui m'a inspiré! L'ail des ours en fleurs m'a donné envie de préparer une variante à l'américain classique, pour un lunch improvisé, au milieu des pâquerettes, je me suis régalée!


Américain préparé à l'ail des ours

Pour 2 à 3 personnes

250g de bœuf haché
4 à 5 càc d'ail des ours à l'huile (ail des ours mixé avec un peu d'huile)
1 échalote ou 1 petit oignon rouge
2 càs de mayonnaise
1 càc de moutarde
quelques gouttes de sauce Worcester
sel, poivre

Émincer très finement l'échalote (ou l'oignon rouge).
Dans un grand bol, mélanger tous les ingrédients jusqu'à ce que la préparation soit homogène.
Goûter et rectifier l'assaisonnement en sel, poivre et ail des ours selon votre goût.
A déguster sur des tartines, accompagné de salade, ou à manger avec des frites.

Note: l'ail des ours lavé, séché et mixé avec de l'huile et placé dans un bocal fermé au réfrigérateur se conserve plusieurs mois, pour autant que la préparation soit bien recouverte d'huile

11 janv. 2022

Poulet aux oignons de Roscoff, pommeau de Normandie et champignons


Mon ordi foisonne de photos de trop nombreuses recettes réalisées il y a quelques jours, quelques semaines, voire quelques mois. Pour certaines de ces photos, les articles de blog correspondant sont déjà rédigés, en attente d'être illustrés, et donc en attente de retoucher la luminosité des photos. Pour d'autres, j'ai toute une série de notes associées, consignées dans un carnet, qui n'attendent plus que d'être mises au propre. Et enfin, pour toute une série de photos, j'ai perdu les notes prises lors de la réalisation de la recette, et je serais bien incapable de dire ce à quoi elles correspondent...

Et si, en 2022, j'essayais de mettre un peu d'ordre dans tout ça, de vider mon énorme dossier de phots "à publier", et de poster un peu plus de recettes par ici?! 

Voici donc une recette réalisée au retour de notre dernier périple en Bretagne, où nous avions rapporté un grand sac d'oignons de Roscoff. Mais pas de panique, avec des oignons plus classiques, ça sera tout aussi bon!
Sur la route de retour de ce périple, nous avions fait une halte chez des amis, en Normandie. Il était donc indispensable, pour ce plat "retour de vacances", d'y rajouter une belle rasade de Pommeau!


Poulet aux oignons de Roscoff, pommeau de Normandie et champignons

Pour 6 personnes
6 pilons de poulet
500 à 600g d'oignons de Roscoff (ou d'oignons jaune)
500g de champignons
150g de crème épaisse
50cl de pommeau de Normandie
maïzena
thym
sel, poivre
persil

Faire chauffer un peu d'huile et de beurre dans un cocotte. Y faire dorer les pilons de poulet sur toutes les faces.
Pendant ce temps éplucher et couper en lamelles les oignons. Les ajouter dans la cocotte. Mouiller avec le pommeau, couvrir la cocotte et laisser cuire pendant 10 minutes. Ajouter un peu d'eau, du thym et prolonger la cuisson à couvert jusqu'à cuisson du poulet.
Laver et couper les champignons (moitiés ou quarts, selon leur grosseur). Les faire revenir dans un peu de matière grasse, dans une poêle, jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.
Ajouter les champignons dans la cocotte, avec la crème épaisse. Saler et poivrer. Si nécessaire, épaissir un peu la sauce en ajoutant un peu de maïzena préalablement diluée dans un peu d'eau.
Faire cuire encore quelques minutes avant de servir, parsemé de persil, et accompagné de riz ou de purée de pommes de terre.

Variante: pour une repas complet "tout en un", vous pouvez ajouter dans la cocotte des pommes de terre épluchées, lavées et coupées en 4, au moment où vous mettez le thym et l'eau. Assurez-vous que le pommes de terre soient fondantes quand vous complétez avec les champignons.

17 mai 2021

Layer cake au chocolat et au caramel au beurre salé pour un anniversaire un peu spécial!



Aujourd'hui est un jour un peu spécial... mon blog fête son anniversaire! 
Il y a 14 ans, en 2007, je décidais moi aussi  d'apporter mon petit grain de sel et de sucre à cette communauté gourmande de partage de recettes!

14 ans, pour un blog, c'est déjà très vieux! Il y a eu des moments où il a été un peu délaissé, faute de temps souvent, d'inspiration parfois. Il a été chamboulé par deux fois, lors de déménagements de plateformes. Il a suivi mes évolutions culinaires, mes découvertes. Il m'a permis de belles rencontres. 

Quand j'ai commencé cette aventure, il y a 14 ans, dans mon studio et sa minuscule cuisine équipée de 2 plaques électriques et d'un mini-four, je n'aurais jamais cru que cela me permettrai de voyager en Alsace, de participer à des démos de cuisine, d'organiser des rencontres autour du chocolat ou d'organiser des piques-niques avec d'autres gourmands, et tant d'autres choses encore!

Alors oui, j'ai moins de temps pour lui avec l'arrivée de petit crumble il y a 5 ans, puis de mini crumble, et très bientôt, dans 1 mois, l'arrivée de miss crumble (!), mais il reste toujours un des mes "bébés", que je n’abandonnerai pas de sitôt! Tant pis si je n'ai pas une audience de folie. Tant pis si je n'ai pas le temps de faire de belles photos dignes de pinterest ou d'instagram. Tant pis si je publie qu'une fois par an. J'aime garder la trace de ces recettes, de ces rencontres, de ces découvertes. Et j'aime pouvoir continuer à apporter mon petit grain de sel et de sucre, même si cela ne touche que quelques personnes. Et un jour, qui sait, je n'exclue pas retrouver plus de temps pour publier à nouveau davantage!

D'ici là, merci de continuer à me lire, à me suivre, et faire vivre ce blog!

Et quoi de mieux qu'un gâteau pour fêter un anniversaire!!

Un gâteau ultra gourmand, avec du chocolat et du caramel au beurre salé... comment résister?


Gâteau au chocolat et au caramel au beurre salé

Pour 6 à 8 personnes

Pour le gâteau
180 g de farine
300 g de sucre (sûrement possible de diminuer à 250g, voire un peu moins encore)
90 g de cacao amer
1 sachet de levure chimique
6 cl d’huile neutre
19 cl de lait ribot ou lait battu
19 cl de café serré
2 œufs battus
1 càs d’extrait de vanille liquide

Préchauffer le four à 180°C.
Peser un grand saladier à vide. Noter le poids. Dans ce saladier, mélanger la farine, le sucre, le cacao et la levure. Dans un autre bol, mélanger les ingrédients liquides puis les ajouter au mélange de farine. Bien mélanger la préparation.
Diviser la pâte en quatre portions égales : peser le saladier avec la préparation, ôter le poids du saladier, et diviser le poids restant en quatre.
Beurrer et fariner un moule de 16 cm de diamètre. Verser une portion de pâte dans le moule et enfourner pour 30 min. Laisser refroidir une quinzaine de minutes avant de démouler, puis renouveler l’opération 3 fois jusqu’à épuisement de la pâte.

Note : il est probablement possible de cuire l’ensemble de la pâte en une seule fois, dans un moule haut, puis de couper ce gâteau en 4 « tranches » ensuite. Si je faisais cette méthode, alors je baisserais un peu la température du four (165°C), je ferais cuire pendant au moins 1h, puis je testerais régulièrement si le gâteau est cuit en piquant la pointe d’un couteau dedans. Quand la pointe du couteau ressortira sèche, cela voudra dire que le gâteau est cuit.


Pour le caramel
400 g de sucre
9 cl d'eau
3 cl de sirop de glucose
30 cl de crème épaisse
100 g de beurre à température ambiante
1 càs de fleur de sel

Faire chauffer l’eau jusqu’à frémissement.
Dans une casserole à fond épais et sur feu vif, verser le sucre, l’eau et le sirop de glucose.
Pendant que le caramel cuit, chauffer la crème jusqu’à ébullition.
Lorsque le caramel commence à devenir ambré (compter une dizaine de minutes), retirer du feu et verser la crème bouillante en faisant attention aux projections. Mélanger puis remettre la casserole sur feu vif pendant 2 à 3 minutes.
Laisser refroidir 10 à 15 minutes avant d’ajouter le sel et le beurre coupé en morceaux. Mélanger et laisser refroidir à température ambiante.


Pour le glaçage et la décoration
45 g de caco amer
3 cl d’eau
75 g de sucre glace
150 g de beurre à température ambiante
Copeaux de chocolat

Faire chauffer l’eau. Lorsque celle-ci est frémissante, l’ajouter au caco et mélanger pour obtenir une pâte homogène. Rajouter un peu plus d’eau si nécessaire. Laisser refroidir 5 minutes.
Dans le bol d’un robot, déposer le beurre coupé en morceaux et le sucre glace. Battre durant 5 minutes jusqu’à ce que la préparation soit homogène et crémeuse. Ajouter alors le cacao en continuant de battre, et battre encore durant 2 minutes. 


Montage du gâteau
Sur un premier disque de gâteau, étaler à l’aide d’une spatule une généreuse couche de caramel. Déposer dessus un deuxième gâteau et renouveler l’opération avec les autres disques.
Réserver au frais 15 à 20 minutes pour permettre aux différentes couches de bien tenir entre elles.
A l’aide d’une spatule, répartir le glaçage sur le pourtour et le dessus du gâteau.
Décorer à l’aide de copeaux de chocolat.

Source de la recette : magazine Saveurs – Best of 2016

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...